enluminer


enluminer

enluminer [ ɑ̃lymine ] v. tr. <conjug. : 1>
XIIIe; « éclairer » 1080; lat. illuminare, avec changt de préf.
1Orner d'enluminures (2o ). Enluminer un manuscrit.
2Colorer vivement, rougir. Fièvre qui enlumine un visage, des joues. P. p. adj. « la trogne enluminée du gros buveur » (Taine).

enluminer verbe transitif (de en et latin illuminare, éclairer) Orner un manuscrit, un livre d'images et de décors peints. (Moyen Âge surtout.) Littéraire. Colorer vivement : La figure enluminée d'un ivrogne.

enluminer
v. tr.
d1./d Orner d'enluminures. Enluminer un livre.
|| Fig. Enluminer son style.
d2./d Colorer vivement (la peau, le teint).

⇒ENLUMINER, verbe trans.
A.— Emploi trans.
1. Vx. Rendre lumineux, éclairer d'une vive lumière. Synon. illuminer. Au moment où l'Angélus sonnait au fond de la vallée et où le soleil enluminait tous les toits d'alentour (SAND, Valentine, 1832, p. 74).
2. Usuel. Peindre de couleurs éclatantes, contrastées. Enluminer une estampe, des images. Le petit Lucien, en possession d'une boîte à couleurs depuis peu de jours, enluminait consciencieusement les illustrations d'un gros volume (BOURGET, Disciple, 1889, p. 144). Cette Champagne méridionale [Troyes] vit fleurir une statuaire pittoresque (...); on fouillait le bois ou la pierre pour l'enluminer ensuite de vives couleurs (HOURTICQ, Hist. art, Fr., 1914, p. 140).
a) Spéc. Orner de lettres peintes, de vignettes, de miniatures. Enluminer un livre d'heures, un manuscrit, un missel. Ces livres, il en raffolait, (...) il s'était attaché un peintre (...) qui les enluminait de lettres ornées et de miniatures (HUYSMANS, Là-bas, t. 1, 1891, p. 76). Un de ces psautiers que les moines grecs, entre les sixième et dixième siècles, enluminaient au fond des cloîtres (FAURE, Hist. art, 1912, p. 247).
b) P. anal. [L'obj. désigne le visage ou une partie du visage d'une pers.] Colorer vivement, rendre rouge et enflammé. Enluminer les joues, le teint. Leurs deux figures, qu'enluminait une légère pointe de saoulerie (COURTELINE, Train de 8 h 47, 1888, 2e part., 1, p. 97). Crains que Pâques tôt reparu Avec les frimas n'enlumine Comme ces œufs au rouge cru Méry ta délicate mine (MALLARMÉ, Vers circonst., 1898, p. 140).
Proverbial, fam., vieilli. S'enluminer le visage. ,,Boire avec excès; parce qu'ordinairement les ivrognes ont le visage fort rouge`` (Ac. 1878).
c) P. métaph. et au fig.
[L'obj. désigne une notion abstr.] ... ainsi, tout bien considéré, folâtrons, enluminons la vie (BALZAC, Œuvres div., t. 2, 1824-30, p. 384) :
... que Cécile, assise comme autrefois, comme toujours, devant le clavier magique, (...) se reprît, (...) à caresser les cordes pour broder à fils ténus, autour de la pensée de ce garçon mal commode, pour enluminer leurs rêves, pour enrichir leur communion, et Laurent se reprenait à chanter des actions de grâce.
DUHAMEL, Chronique des Pasquier, Cécile parmi nous, 1938, p. 143.
[L'obj. désigne une œuvre littér., une manière d'écrire] Orner d'images, de tournures recherchées, qui nuisent parfois à la simplicité et au naturel. Enluminer son style. Quant au satanisme ultra-mathurinesque dont il a plu à Baudelaire d'enluminer ses Fleurs du mal, (...) je n'y vois, (...) autre chose qu'un inoffensif et pittoresque caprice d'artiste (VERLAINE, Œuvres posth., t. 2, Ch. Baudelaire, 1865, p. 15). Un style d'une technique plus recherchée, qu'enluminent toutes les nuances dialectales dont il use avec soin (Arts et litt., 1936, p. 5402).
B.— Emploi pronom. à valeur passive
1. [Le suj. désigne le visage] Devenir rouge sous l'effet d'une émotion, de l'ivresse (cf. DELVAU, 1866, p. 130). Il n'y a qu'un moine, disait-il, privé de femme, dont le visage s'enlumine à leur seul nom (LAS CASES, Mémor. Ste-Hélène, t. 1, 1823, p. 436).
2. [Le suj. désigne un récit] Être agrémenté de détails plus ou moins exacts. À voir ce que deviennent sous nos yeux certains personnages historiques célèbres, et comme tout cela se grossit et s'enlumine, se dénature ou (disent les habiles), se transfigure (SAINTE-BEUVE, Portr. littér., t. 3, 1844-64, p. 308).
Rem. On rencontre chez Sand enluminage, subst. masc. Fait (pour un objet) d'être enluminé. Les feuillets étaient collés encore par l'enluminage de la tranche (SAND, Hist. vie, t. 3, 1855, p. 178).
Prononc. et Orth. :[], (j')enlumine []. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. A. 1. Ca 1100 « orner » (Roland, éd. J. Bédier, 535 [ici, d'une qualité] : De tel barnage l'ad Deus enluminet); 2. a) ca 1170 « colorer » (CHR. DE TROYES, Erec, 432 ds T.-L.); b) 1176-81 « décorer un manuscrit, une estampe, etc. » (ID., Chevalier au lyon, 1415, ibid.). B. Ca 1120 « éclairer, rendre lumineux » (Psautier d'Oxford, éd. F. Michel, LXVI, 1). Empr. au lat. class. illuminare (illuminer), « éclairer, illuminer; embellir, orner », avec substitution de préf. (en-). Fréq. abs. littér. :25.

enluminer [ɑ̃lymine] v. tr.
ÉTYM. XIIIe; « éclairer », 1080; du lat. illuminare « rendre lumineux, embellir », avec changement de préf. (→ En-); « rendre brillant », jusqu'au XVIe.
1 Vx. Rendre lumineux. Éclairer, illuminer.
2 Mod. Orner d'enluminures. Colorier. || Enluminer un livre d'heures, un missel, un manuscrit. || Art d'enluminer.
1 Nous aurons des couleurs, des pinceaux; nous tâcherons d'imiter le coloris des objets et toute leur apparence aussi bien que leur figure. Nous enluminerons, nous peindrons, nous barbouillerons (…)
Rousseau, Émile, II.
3 Colorer vivement. || La fièvre, l'ivresse enlumine ses joues, ses pommettes. Enflammer.
2 Un rouge vif enluminait son teint (…)
Voltaire, Apologie du luxe.
3 (…) la trogne enluminée du gros buveur (…)
Taine, Philosophie de l'art, t. II, p. 73.
Fig. || Enluminer son style, l'orner d'images, de traits colorés. || Enluminer un récit, une description.
——————
s'enluminer v. pron.
Se peindre.
4 (…) c'est pour eux (les hommes) qu'elles (les femmes) se fardent ou qu'elles s'enluminent (…)
La Bruyère, les Caractères, III, 6.
Devenir coloré, rouge.
——————
enluminé, ée p. p. adj.
|| Album enluminé.(Au sens 3). || Visage, nez enluminé. || Trogne enluminée.
CONTR. Assombrir.
DÉR. Enlumineur, enluminure.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • enluminer — ENLUMINER. v. a. Colorier une estampe, y mettre des couleurs convenables. Enluminer des images. Des cartes enluminées. f♛/b] Il signifie aussi, Rendre rouge et enflammé; et en ce sens il n est d usage qu en parlant Du teint, du visage. L ardeur… …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • enluminer — Enluminer. v. a. Colorier une estampe, y mettre les couleurs convenables. Enluminer des images. voilà une image bien enluminée. des images de velin enluminées. des cartes enluminées. Il signifie aussi, Rendre rouge, & enflammé. Et en ce sens il n …   Dictionnaire de l'Académie française

  • enluminer — un lieu obscur, Illustrare …   Thresor de la langue françoyse

  • enluminer — (an lu mi né) v. a. 1°   Ajouter avec le pinceau des couleurs vives sur une estampe qui lui donnent de l éclat par rapport au trait noir ; ce qui fait comparer ces couleurs à une lumière. Enluminer une estampe.    Absolument. •   Nous… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • ENLUMINER — v. a. Colorier une estampe, etc., y mettre les couleurs convenables. Enluminer des images, des cartes à jouer.   Par extension, S enluminer le visage, ou simplement, S enluminer, Se mettre du rouge. Cela ne se dit guère que Des femmes, et par… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • ENLUMINER — v. tr. Peindre de couleurs vives. Enluminer des images, un missel. Un manuscrit bien enluminé. Fig., Enluminer son style, Y répandre des ornements qui ont de l’éclat, mais qui sont peu naturels, qui sont recherchés. Il signifie aussi figurément… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • ENLUMINURE — Le nom d’enluminure est aujourd’hui donné au décor des manuscrits de préférence à celui de miniature , utilisé au XIXe siècle. Ce second terme fut d’abord réservé aux lettrines peintes en rouge (minium) puis, par extension, à toute… …   Encyclopédie Universelle

  • enlumineur — enlumineur, euse [ ɑ̃lyminɶr, øz ] n. • 1260; de enluminer ♦ Artiste spécialisé dans l enluminure. ⇒ miniaturiste. Les enlumineurs du Moyen Âge. ● enlumineur, enlumineuse nom Artiste qui enluminait des manuscrits. enlumineur, euse n. Artiste qui… …   Encyclopédie Universelle

  • orner — [ ɔrne ] v. tr. <conjug. : 1> • XIIIe; lat. ornare 1 ♦ Mettre en valeur, embellir (une chose). ⇒ agrémenter, décorer, enjoliver, ornementer, 1. parer. Orner une façade de drapeaux. ⇒ pavoiser. Orner sa boutonnière d une fleur. ⇒ fleurir.… …   Encyclopédie Universelle

  • ENLUMINURE — s. f. Art d enluminer, d appliquer des couleurs sur des estampes, etc. Il entend bien l enluminure.   Il se dit aussi de L action d enluminer, et Du résultat de cette action. Faire l enluminure d une estampe. L enluminure de cette estampe n est… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.